Actualités Société

Mineurs et débits de boissons, la situation devient inquiétante selon l’Organisation syndicale des promoteurs d’espaces de rencontres et de loisirs (OSPERL)

Le nombre de mineurs exerçant dans les bars et maquis devient de plus en plus important à Ouagadougou pendant les périodes de vacances a laissé entendre l’OSPERL, l’Organisation syndicale des promoteurs d’espaces de rencontres et de loisirs. Au regard de la situation inquiète, l’Organisation a animé un panel sur la question afin de sensibiliser non seulement ses membres, mais aussi tous les tenanciers de débits de boisson. Un panel qui a lieu à Ouagadougou samedi 03 avril 2021.

Ce panel de l’OSPERL avait pour objectif de sensibiliser et l’enseigner ses membres sur les différents règlements et conditions d’ouverture d’un quelconque débit de boissons au Burkina Faso. Le point important lors de ce panel était surtout la problématique de l’emploi des mineurs dans les débits de boisson pendant les vacances.

Un des panélistes, Abdoulaye Nabaloum du service d’hygiène a indiqué que : « Pendant les congés et les vacances, le constat est amer en ce qui concerne la fréquentation des débits de boissons et pour leur sécurité, il est important de ne pas les laisser fréquenter ces milieux ». Avec la tenue de ce panel, les responsables de l’organisation promettent donc de mener des actions de sensibilisation afin que les tenanciers de débits de boisson cessent le recrutement des mineurs dans leurs locaux. Le secrétaire aux relations extérieures de l’OSPERL, Ferdinand Kiemdé. , tout en reconnaissant cet état des faits, s’est engagé à revoir la donne : « nous en tant que OSPERL, nous allons essayer de recadrer les tenanciers afin qu’ils puissent arrêter cette pratique parce que cela ne nous arrange pas et cela n’entre pas dans les conditions d’ouverture de débits de boisson ».

Lors de ce panel, l’Organisation syndicale des promoteurs d’espaces de rencontres et de loisirs a également relevé que la procédure d’obtention de l’autorisation d’ouverture de débits de boisson connait une lourdeur administrative. La structure appelle donc les autorités à sa simplification pour une réelle application des textes.

Plusieurs services partenaires à l’application véritable des textes relevant des débits de boissons ont animé ou assisté à ce panel. Il s’agit de la Police nationale, de la Police municipale, du ministère de la Santé et du ministère en charge de l’Environnement.

Related posts

Ouagadougou :croisade contre les occupations de la voie publique

appmanager

Lutte contre la fraude : la Brigade mobile des Douanes de Manga frappe fort

appmanager

Occupation de la voie publique à Ouagadougou : une boutique démolie par la Police Municipale

appmanager

Laisser un commentaire