A la une Actualités Politique

Le nouveau chef de file de l’opposition prend langue avec le président du Faso

Le chef de file de l’opposition politique burkinabè s’est entretenu dans l’après-midi du vendredi 12 mars avec le président du Faso au palais de Kosyam.

Au menu de leur échanges : la question de la reconstruction, de l’insécurité et de la dette intérieure.

C’est la première fois qu’ils se voient depuis l’installation de Eddie KOMBOÏGO comme chef de file de l’opposition politique burkinabè. Durant une heure et vingt minutes (01 h 20 mns) d’entretien, les deux hommes politiques ont abordé différents sujets de la politique et de la vie politique. Ils ont notamment évoqué le processus de la réconciliation nationale.

 Eddie KOMBOÏGO à sa sortie d’audience, a indiqué qu’il a voulu comprendre le choix de Zéphirin Diabré au poste de ministre en charge de la réconciliation nationale : ‹‹Il a plu au chef de l’État, de choisir l’ancien chef de file de l’opposition, Zephirin Diabré comme ministre d’État, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale. Nous avons voulu comprendre sa vision de la réconciliation et les délais dans lesquels il souhaite impacter cette réconciliation. A cette audience, nous avons pris le soin de rappeler au président du Faso qu’on l’a entendu très rarement après les élections sur la réconciliation, il est donc louable qu’il s’exprime davantage pour que les populations sachent sa bonne volonté d’aller à une réconciliation et une cohésion sociale.››

Concernant l’insécurité, le nouveau chef de file de l’opposition a voulu savoir s’il existait une quelconque négociation avec les terroristes comme les dires du président du Faso et de son premier ministre ne concordaient pas  : ‹‹ parce que nous avons entendu le premier ministre déclarer qu’il allait négocier et que le président du Faso pendant la campagne, le dit pour que tout le monde l’entende qu’il ne négociera pas ,alors qu’est-ce qu’il faut faire aujourd’hui. Donc je pense que sur cette vision, il nous a expliqué un peu sa manière de faire. S’il y’a des Burkinabè qui souhaitent donner des informations aux réseaux des renseignements pour pouvoir avancer dans une solution plus apaisée. Mais il serait bon que le chef de l’État décline sa politique assez clairement sur l’option qui est d’aller frontalement ou d’associer  la négociation.››

Autre sujet abordé par  Eddie KOMBOÏGO et Roch Marc Christian Kaboré , c’est la relance économique. Sur ce point, le chef de file de l’opposition politique burkinabè a proposé de payer la dette intérieure, car selon lui  ‹‹ il était bon de regarder la dette intérieure et de payer la dette intérieure qui ne fait que s’accroître. Si les entreprises locales n’arrivent pas à être payées à temps dans les 90 jours, y’en a qui sont payés en 6 mois ,1 an. On tuera l’économie locale.   ››.

La question du COVID 19 et le report des élections municipales ont également été au centre des échanges entre le chef de file de l’opposition politique burkinabè et le président du Faso.

Reporter : Daouda Yaméogo

Related posts

Affaire Thomas Sankara : Blaise Compaoré et 13 autres personnes inculpés

appmanager

Burkina : le concours de la magistrature à nouveau sur la liste

appmanager

Bientôt une campagne de vaccination contre le Covid-19 au Burkina Faso selon le ministre de la santé, Pr Charlemagne Ouedraogo.

appmanager

Laisser un commentaire