fbpx
Non classé Société

Sécurité routière : c’est parti pour une semaine de sensibilisation sur le port du casque.

Albert Ouédraogo

Le lancement de la semaine nationale de sécurité routière a été marqué par la remise symbolique au responsable du Syndicat burkinabè des importateurs et vendeurs de motocyclettes du décret portant obligation d’intégrer le casque aux équipements des engins à 2 roues motorisées, lors de la vente. C’est le Premier ministre Albert Ouédraogo qui a donné le top de départ de l’ évènement dans la matinée de ce mardi 9 août à la Place de la Nation de Ouagadougou.

Toute moto sera vendue désormais avec son casque. Les commerçants qui n’appliquent pas cette mesure seront sanctionnés d’une peine d’emprisonnement de 2 mois à 2 ans de prison ou d’amande. Cette décision du gouvernement n’est que l’application du décret du 20 avril 2005 portant obligation d’intégrer le casque aux équipements d’accompagnement des véhicules motorisés à 2 roues lors de la vente. Mais pour l’heure, le gouvernement qui a remis symboliquement ce décret au responsable du Syndicat burkinabè des importateurs et vendeurs de moto joue la carte de la sensibilisation. Ce sont les mots du Premier ministre Albert Ouédraogo lors du lancement de l’activité. « Il y a le texte réglementaire, mais nous sommes dans une dynamique de pédagogie pour amener les jeunes surtout à porter le casque. Je voudrais aussi appeler les acteurs de la sécurité routière, notamment les associations, les ONG et toutes les bonnes volontés à renforcer cette sensibilisation sur le port du casque. Au niveau du gouvernement nous sommes disposés à accompagner ces acteurs pour qu’on arrive un jour à une généralisation du port du casque. »,  a expliqué Albert Ouédraogo.

Plus de 1000 personnes sont mortes suite à des accidents de circulation au cours de la seule année 2021 selon l’Office National de sécurité routière (ONASER) .

Pour limiter ces accidents graves, le département des transports et de la mobilité urbaine veut progressivement imposer le port des casques aux motocyclistes d’où le thème de cette 6ème édition de la Semaine nationale de la sécurité routière « le port du casque, une nécessité vitale ». Pour Mahamoudou Zampaligré, ministre en charge de la mobilité urbaine, « les échecs nous en avons connus dans le passé, en 1978 plus précisément, mais aussi en 2000. Mais nous pensons qu’aujourd’hui, le contexte a changé et que la sensibilisation aidant, comme l’a rappelé son Excellence, nous allons beaucoup plus faire dans la pédagogie. Il ne s’agit pas donc d’imposer systématiquement le port du casque, c’est une stratégie consensuelle, c’est une approche qui est participative, et nous pensons que le peuple burkinabè comprendra qu’il est temps que nous arrêtions les dégâts. »

Les responsables du Syndicat burkinabé des importateurs et des vendeurs de motocyclettes soulèvent des inquiétudes même s’il promettent de mettre les petits plats dans les grands pour l’application effective de ce décret. « Nous allons arrondir par ce qu’il y a eu des importations. Les motos que nous achetons ne sont pas fournis avec des casques, il faut une certaine cylindrée pour être vendue avec les casques. Qu’est-ce qu’il faut faire pour avoir les casques et vendre. On va essayer de rencontrer le ministre des transports pour porter notre doléances à leur connaissance. »,  réaction de Adama Kobé, porte-parole du syndicat.

La visite guidée de quelques motos accidentées, conduite par l’ONASER à la Place de la Nation, a mis fin à la cérémonie de lancement de la présente Semaine nationale de la sécurité routière.

Savane.net

Related posts

Attaque d’Inata : « Cela est inacceptable et c’est pourquoi je comprends fort bien les différentes réactions de colère qui sont exprimées çà et là. », Roch Kaboré

Omar Compaoré

« Burkina Trade Portal », une plateforme en ligne pour faciliter les échanges commerciaux

appmanager

Médias : le journaliste Rémi Lambert Nébié repose au Cimetière de Toudbwéogo

appmanager

Laisser un commentaire

CAPTCHA